Vous êtes ici : Accueil > Voyages en vélo > Crépir un mur avec la machine Paloma
Publié : 4 novembre 2012

Crépir un mur avec la machine Paloma

Nous nous sommes aperçus cet été que les pierres d’une des façades de notre maison familiale commençaient à se déchausser et menaçaient de tomber sur les enfants.

JPEG - 214.3 ko

Pour solidifier le mur il fallait donc refaire tous les joints de la façade :

JPEG - 174.6 ko

Vu notre adresse à la truelle nous allions mettre plus d’enduit sur le sol que sur le mur, il fallait donc trouver une solution. Avec des recherches, nous sommes tombés sur la perle rare : la Paloma de chez ACF.

JPEG - 169.6 ko
JPEG - 53.6 ko

Au vu de la vidéo, cela semblait être un jeu d’enfant et elle était disponible chez Kiloutou à Bergerac !

Au moment de la récupérer, nous avons eu une désillusion, le commercial de Kiloutou nous a demandé quel enduit comptions-nous utiliser. Pour diminuer le coût du chantier, nous avions acheté du sable et de la chaux. Contrairement à ce qui est précisé dans sa notice d’emploi, la machine est capricieuse, elle n’accepterait que l’enduit pré-dosé.
Paloma est difficile, elle a des gouts de luxe : 11 sacs de 25kg valent 230€

Un fois l’échafaudage installé, il a fallu décaper les quelques joints qui tenaient encore, puis rincer et humidifier le vieux mur.

Nous avons eu du mal à trouver la bonne consistance : la notice précise que l’enduit doit être le plus fluide possible. Effectivement, s’il est un poil trop sec, la machine se bloque, le mortier prend dans le tuyau et c’est la galère ! S’il est trop liquide, il ne tient pas entre les pierres et il dégouline sur le mur.

Une fois le bon dosage trouvé et l’habitude prise, c’est fantastique. Nous sommes loin de la vitesse annoncée (10 à 15 m² à l’heure) mais c’est sans commune mesure avec ce que nous aurions pu faire à la truelle.

JPEG - 163.8 ko
JPEG - 137.6 ko
JPEG - 168.9 ko

Le résultat de notre semaine de travail :

JPEG - 169.5 ko
JPEG - 136.5 ko
JPEG - 171.6 ko

Avis et retour d’expérience pour les personnes intéressées :

Nous avons d’abord utilisé de l’enduit Weber et Broutin de type Weber.Cal G pierre foncé 017. La machine a très bien fonctionné à partir du moment où l’on a trouvé la bonne consistance du mélange : assez liquide pour passer dans la pompe et le tuyau et assez visqueux pour tenir au mur.
Pour finir le mur, nous avons dû changer d’enduit, nous avons pris toujours le Weber.Cal G mais dans la teinte Pierre claire 016. Ce fut la catastrophe, nous avons bloqué totalement le tuyau, nous avons mis 1h à le vider à l’aide d’un Karcher. Nous avons perdu 2 sacs lors de ses essais qui ont tous abouti au blocage de la machine. Après réflexion, nous avons constaté que l’enduit Pierre claire 016 contenait beaucoup plus de gros grains de sables que le Pierre foncé 017. Comme nous avions encore 10 sacs et que nous devions finir le travail, nous avons essayé de tamiser les sacs.

Nous avons acheté un tamis n°12 et nous avons tamisé notre sac suivant le lendemain. Une fois tamisé, le mélange passait parfaitement bien et la machine est redevenue très agréable à utiliser.

Si vous voulez faire des joints sur un mur en pierre, cette machine est parfaite à la condition que votre mélange soit suffisamment fin. Cela peut peut être même fonctionner avec du sable et de la chaux à condition que le sable ait été tamisé.

Pour ceux qui ont un mur à jointoyer, il y a aussi cette machine : le Combi Crépi Joint.. Si j’avais vu ce site avant de louer la Paloma, j’aurais certainement choisi le Combi crépi Joint. L’utilisation me semble être plus simple. Le travail doit par contre être plus fatiguant car il faut porter la machine, et la cuve remplie d’enduit. Au bout d’une journée, cela doit être assez fatiguant.

JPEG - 11 ko
JPEG - 8.1 ko
JPEG - 28.2 ko

1 Message

  • Crépir un mur avec la machine Paloma

    Juillet 2014, par

    Bonjour,

    Merci beaucoup d’avoir partager cette expérience.
    Nous souhaitons également se lancer cet été dans le ravalement à l’image de ce que vous avez réalisé ( c’est magnifique).

    Merci encore !
    IZAC / Seine et Marne